Sizaye – Sans Portable
Genre Rap

LYRIC
Sans Portable

Refrain

Dans tes yeux je perçois
Tristesse tristesse han nan
Tristesse tristesse han nan nan nan
Parle moi de ce temps
Où les gens apprenaient à s’aimer, sans portable
S’aimer où se détester un peu

Couplet 1

Parle moi de tes souvenirs de jeunesse
De côté mon portable je laisse
L’amour véritable pour toi je l’ai
Parfois le cœur gelé
J’veux m’nourrir de tes histoires je peux encore jeûner
Prends le temps qu’il te faut à t’écouter j’me sens gêné moi

L’émotion est palpable
T’es né en période de guerre et ta perdu ton frère mais ça t’en parle pas
T’es tout fier de me montrer tes albums photos
J’te pose un tas d’questions sur ces pays pauvres où les hommes font tout
Parce qu’la misère a des échelons des degrés
T’es trop gentil contre ton gré maudit soit l’ingrat quand on créer des liens
Solides y’a rien d’plus beau y’a rien d’plus lumineux
Sur un sentier dégagé pourvu que personne ne le mine

Pont

Ta vie défile en un éclair les souvenirs éclairent le cœur
T’aimerais stopper les guerres mais les hommes politiques n’ont guère de cœur

Refrain

Dans tes yeux je perçois
Tristesse tristesse han nan
Tristesse tristesse han nan nan nan
Parle moi de ce temps
Où les gens apprenaient à s’aimer, sans portable
S’aimer où se détester un peu

Couplet 2

Parles moi de ce temps où l’essence ne coûtait pas cher
La photo d’ta bien aimée qui est partie repose sur toutes tes étagères
Tu la retrouvera un jour dans l’autre monde
Sourire rayonnant que de valeurs malheur à celui qui salira notre nom
Je veux qu’tu sois fier de ton petit fils
Rien nous divise pour toi j’apporterai toujours ma pierre à l’édifice
Un être cher l’âme sensible amour éternel pour les chiens d’chasse
La solitude c’est affronter un vent violent qui vient de face

Pont

Ta vie défile en un éclair les souvenirs éclairent le cœur
T’aimerais stopper les guerres mais les hommes politiques n’ont guère de cœur

Parle moi de tes, parle moi de tes souvenirs
Parle moi parle moi de ce temps
Parle moi de tes, parle moi de tes souvenirs

Refrain

Dans tes yeux je perçois
Tristesse tristesse han nan
Tristesse tristesse han nan nan nan
Parle moi de ce temps
Où les gens apprenaient à s’aimer, sans portable
S’aimer où se détester un peu

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *